Sardine la crise

 A la fin du XIXe siècle l'activité du littoral breton est fondée sur l'industrie sardinière. Une grave crise (la sardine a déserté les côtes bretonnes) intervient entre 1902 et 1909. Mais en 1910, 3700 bateaux et 20 000 marins pêchent la sardine entre Camaret et Le Croisic, faisant travailler environ 30 000 personnes dans les conserveries. En 1935, Douarnenez reste le port sardinier par excellence, débarquant près de 6 000 sur les 15 600 tonnes de poisson débarquées en Bretagne, production nettement supérieure à celles de toutes les autres régions réunies (Algérie comprise). La sardine déserte nos côtes. Tenez, prenez 1902, par exemple. Cette année-là, le petit poisson à décider de fausser à nouveau compagnie aux pêcheurs concarnois seulement, cette fois-ci, son infidélité va avoir des conséquences dramatiques pour l'ensemble de la population. Cette foi-ci, en effet, la sardine ne se contente pas de s'absenter quelques mois mais sept années durant. Sept très longues années, de 1902 à 1909, en raison " d'une modification du régime des courants ", selon un océanographe célèbre de l'époque, le Prince de Monaco. " Des courants qui se seraient éloignés des côtes, emportant avec eux, la nourriture de la sardine ainsi que la sardine qui aurait suivi ". Malheureusement, en 1902, les marins pêcheurs n'ont pas les moyens d'aller pêcher plus au large ! Alors, très vite, les campagnes se f ont déficitaires. Les usines ferment, les unes après les autres.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site