Noces d'Or

 Au GUILVINEC le 14 septembre 1977

MES FRERES

Quelle fête célébrons-nous ici, aujourd’hui ? Oh ! une fête spéciale, une fête extraordinaire. Nous célébrons les Noces d'Or Religieuses de la 'bonne Sœur Pauline. Et cela veut dire :

1) Qu'il y a cinquante ans que Sœur Pauline s'est consacrée au Seigneur ;

2) Qu'il y a cinquante  ans que Sœur Pauline travaille pour vous et parmi vous;

3) Enfin que tous, au Guilvinec, nous devons nous associer au Jubilé de Sœur Pauline.

Ma bonne Sœur, pour vous avoir vue à l’œuvre avec tant d'ardeur et si longtemps, quoiqu'on puisse souffrir votre humilité, du haut de cette chaire, laissez-moi dire qui vous êtes et ce que vous avez fait ici. Car vous avez été à la peine,  il est .ajuste que vous, soyez aujourd'hui à l'honneur. Je vais parler haut  et ferme pour que personne ne vous oublie jamais. Ma bonne Sœur Pauline, au Guilvinec, votre rôle tout simplement a été incomparable ; je le prouve ;

Vous êtes née à Plouec, dans les Côtes-du-Nord, au sein d'une famille biblique de 17 enfants où le sens du devoir chrétien était toujours de règle. Toute jeune encore, vous avez consacré votre virginité au Seigneur, dans la Congrégation des Filles du Saint-Esprit. Puis, après votre noviciat, vous avez 'passé quelques mois de fondation à Carhaix, pour arriver au Guilvinec, le 26 Août 1897. C'était avec la mission d'y instaurer l'école des Sœurs qui venait d'être: bâtie par le vénéré M. de Coataudon, premier recteur. Qu'était Le Guilvinec à l'époque ? Oh ! une paroisse bien précaire. Les 14 ou 15 cents 'habitants qui l'occupaient étaient certes de rudes travailleurs, ne rechignant pas à, la besogne, de braves gens au sens naturel du mot. Mais quel dénuement religieux et physique. Ancienne trêve de Plomeur formée aussi de beaucoup d'étrangers, la paroisse n'avait ni habitudes, ni traditions chrétiennes. Sous le rapport matériel, peut-être encore pire, c’était la pauvreté presque généralisée. Comme tout manquait, tout était à créer.

Avec votre jeune équipe de Religieuses, que fîtes-vous, Sœur Pauline ?

Dès votre arrivée ici, pleine de foi et de charité, vous vous mettiez résolument à l'œuvre. Et au bout de quelques années, 15 ans peut-être, Le Guilvinec pouvait marcher de pair avec les autres paroisses. Pendant ce temps, quelles furent vos privations, vos sacrifices ? je  n'en sais rien. Dieu seul les connaît. Ce que je sais pertinemment, c’est que 6 ans durant, de 1897 à 1902. C’est vous-même, vous surtout, qui avez formé nos meilleures jeunes filles, nos meilleures mères chrétiennes. Avec M. de Coataudon, vous avez fondé la paroisse.

 

En 1902, ce fut en France, contre les religieuses enseignantes, la lutte déclarée. Vous aussi vous fûtes expulsée de votre couvent, épreuve terrible, assurément. Mais avec votre esprit de foi, vous avez su la supporter vaillamment, sans découragement aucun. En effet, en 1903, au Guilvinec et sur toute la côte avoisinante, survint une catastrophe sans précédent. La pêche avait été absolument nulle et bientôt ce fut dans ces ports la détresse, la famine... Que fîtes-vous, Sœur Pauline ?

Ah ! au milieu du désastre et des ruines, vous n'êtes pas demeurée les bras croisés, vous avez pris pour vous, comme ordre personnel, le précepte de charité de Notre Seigneur Jésus. Vous vous êtes  dit aussi qu’il s’identifie lui-même avec les pauvres, et que plus tard, au jour du jugement dernier, il dira aux élus : «Oh ! Vous les bénis de mon Père et les miens, venez et possédez le royaume du Ciel qui vous a été préparé.

 

Car j'ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ;

J'ai eu soif et vous m'avez donné à boire ;

J'ai été sans asile, et vous m'avez recueilli ;

J'ai été nu, et vous m'avez -vêtu ;

J'ai été malade et vous m'avez visité ».

 

Et alors ma bonne Sœur, bien résolument, vous vous êtes levée et vous avez dit : «J’rai et je les Soulagerai ». Oui, vous êtes allée jusqu'à Paris même trouver la Comtesse de Damas. Toutes deux, de concert vous avez découvert des méthodes de travail, des débouchés commerciaux. Vous avez crée, instauré ici, au Guilvinec, à Léchiagat, à Lesconil, à Penmarch, cette bienfaisante industrie de la dentelle d'Irlande qui non seulement a conjuré la famine de 1903, mais qui depuis 44 ans assure la subsistance des malheureux de la région. Combien de millions avez-vous ainsi procurés aux pauvres ? Impossible de le savoir. Cependant, ce que nous connaissons tous, c'est que dans ce coin de notre terre de France, vous avez été pour nous la « Mater Patrias ». la mère de la Patrie. De ce chef, vous avez mérité amplement la Légion d'Honneur même une statue après votre mort. En effet, chers amis de Guilvinec, dans tout le canton de Pont-l'Abbé, où donc est la personnalité qui puisse offrir à notre admiration, à notre vénération, de pareils états de service ?

Vous n avez pas reçu de décoration officielle, ma Sœur, parce qu'ici-bas, vous ne saurez jamais rien demander pour vous-même. Mais là-haut, quelle sera votre récompense !

Cependant, j'exagère peut-être, ma bonne Sœur Pauline, vous êtes non seulement la charité sans bornes, vous êtes encore l'humilité même. Ici, au Guilvinec, depuis plusieurs années, vous avez sollicité de votre Mère Supérieure, la faveur de vous occuper spécialement de l'école enfantine, la «. Salle d'Asile », comme vous l’appelez. Votre requête a été exaucée. Vous faites merveille parmi vos tout-petits. Vous les adorez, parait-il, et vous êtes adorée. Je .vous pardonne cette adoration-là.  Mais quel brouhaha que votre classe ! Un tumulte perpétuel, la vraie discipline y règne toujours.

Ma bonne Sœur Pauline, voilà à quelle besogne .magnifique vous consacrez votre verte vieillesse. Ah ! je vous en prie, demeurez avec nous, demeurez avec vos chers petits longtemps, bien longtemps encore. Et quand votre dernière heure sonnera (oh ! le plus tard possible), alors à la suite de Notre Seigneur, c'est tout un essaim de bambins célestes qui viendra au-devant de vous en criant : «Oh! C'est Sœur Pauline, vite, une belle place au ciel, Seigneur Jésus ».

Et. il en,sera ainsi, sûrement.

Amen

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site