Ecole Sainte Anne

  1896 : Création de l'école Sainte-Anne

 L'asile de Sainte-Anne.

Les Premières années de la Congrégation des Filles du Saint-Esprit au Guilvinec

Les religieuses de la Congrégation des Filles du Saint-Esprit arrivèrent au Guilvinec une première fois en 1894, appelées par le Préfet du Finistère pour endiguer les ravages du choléra. En juillet 1905, elles créèrent l'Asile Sainte-Anne; des classes, et un poste de secours aux blessés de la mer.

Le dimanche 12 janvier 1896, les religieuses, sous la conduite de Sœur Thomas prenaient possession de la nouvelle école libre des filles, une maternelle bâtie récemment sur un terrain offert par un ami. Tous les paroissiens réunis, en procession, accompagnaient, après les vêpres, la statue de Sainte-Anne qui orne, aujourd'hui encore, le frontispice de l'école. Monsieur Le Coz, recteur de Penmarc'h prononçait l'allocution de circonstance. De retour à l'Eglise les fidèles recevaient la bénédiction du Saint Sacrement. Ce n'est que le dimanche 22 mars suivant que Monseigneur Valleau, Evêque de Quimper bénissait l'école. De nombreux prêtres et chanoines étaient alors venus se joindre à l'assistance pour témoigner de l'intérêt qu'ils portaient à cette école créée notamment grâce à la collaboration de M. de Coataudon, recteur de la paroisse. On n'y remarquait la présence de Monsieur L'Abbé Morelle, vicaire Général de Saint-Brieuc et Supérieur des religieuses du Saint-Esprit, ainsi que celle de la Supérieure Générale de cette Congrégation.

Un an plus tard, le dimanche 26 septembre 1897, Monsieur curé de la cathédrale de Quimper bénissait les nouvelles classes de l'école Sainte-Anne qui désormais pouvait instruire les jeunes enfants au-delà de 7 ans.

C'est à cette époque que la Communauté accueille une toute jeune religieuse, née 22 ans plus tôt, à Plouezec dans les Côtes-du-Nord et qui devait tout au long de sa vie servir fidèlement la paroisse : Sœur Pauline venait d'arriver, elle aidait alors Sœur Marie de la Nativité dans sa nouvelle tâche de directrice d'école.

Jusqu'au 8 Août 1902, l'école et ses sœurs connurent le calme et la prospérité. Mais à cette date un événement marque profondément la Communauté religieuse "L'EXPULSION DES SŒURS". Il s'agissait de l'inévitable aboutissement local de la politique du Gouvernement. Rappelons que déjà en 1901, la loi imposait aux associations de déposer une demande d'autorisation pour régulariser leur situation. Cette loi aboutit à interdire les CONGREGATIONS RELIGIEUSES qui ne firent pas cette demande avant le 1er octobre 1901.

Mais c'est surtout en 1902 que l'anticlérical Emile Combes successeur de Pierre Waldeck Rousseau à la Présidence du conseil s'attacha à fermer les établissements non autorisés des congrégations autorisées. L'école des Sœurs du Guilvinec en faisait partie. Aussi depuis le 12 juillet, jour où les religieuses de la Communauté apprenaient la nouvelle, c'était l'angoisse

 

 Les enfants de l'école se rendent chaque année sur la tombe de Sœur Pauline pour lui rendre hommage

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site